Archive for juillet, 2011

Optimiser la gestion de son budget quotidien grâce au service Gestion SMS/Mail de monabanq.

dimanche, juillet 31st, 2011

Spécialiste de la commercialisation de services bancaires à distance, tout d’abord connue sous le nom de Covefi, la banque en ligne monabanq. se présente comme le prestataire le plus à l’écoute de ses usagers, comme le montre son slogan, « de loin la banque la plus proche », celle-ci proposant un certain nombre de services innovants à ses usagers afin de réduire la distance par rapport aux autres établissements dématérialisés, grâce notamment au VisioRendezVous.

Entendant proposer, à ses usagers, des solutions visant à rendre la gestion quotidienne d’un compte bancaire toujours plus simple, monabanq. n’hésite pas à distribuer une multitude de services complémentaires, permettant ainsi, à chacun, de trouver la formule la plus adaptée à ses besoins, le service Gestion SMS/Mail constituant, en la matière, un outil particulièrement important, dans la mesure où celui-ci offre la possibilité de rester informés en temps réel de toute évolution importante concernant son compte bancaire.

Disponible pour un coût mensuel de seulement deux euros et permettant alors de recevoir huit messages durant cette période, le service Gestion SMS/Mail s’avère être particulièrement souple d’utilisation, permettant, en effet, à l’usager de paramétrer des alertes comme bon lui semble, et d’être ainsi averti dès la survenue d’un événement donné, tout en restant toujours informé de l’état de ses finances.

Pouvant être souscrit à tout moment par les usagers de monabanq., le service Gestion SMS/Mail constitue une solution particulièrement adaptée aux personnes souhaitant gérer le plus précisément possible leur budget, celui-ci permettant, en outre, de prendre des dispositions plus exceptionnelles lors de certains événements, tels qu’un départ en vacances, et d’être informé dès que le budget fixé par avance se trouve dépassé, constituant un atout supplémentaire.

monabanq. simplifie la souscription de services bancaires avec la Signature Électronique

samedi, juillet 30th, 2011

Constituant l’un des principaux points forts des établissements bancaires en ligne, dans la mesure où celle-ci leur permet de réaliser un certain nombre d’économies et ainsi d’afficher des tarifs particulièrement attractifs, l’absence d’établissements locaux peut aussi constituer une source de complications pour les usagers, notamment lors de la souscription d’un nouveau service, l’envoi postal de documents pouvant, en effet, ralentir grandement la réalisation des démarches.

Nécessitant, en effet, souvent la constitution d’un dossier et l’apport de pièces complémentaires, la mise en place de nouvelles solutions peut présenter un certain nombre de difficultés pour l’usager d’une banque en ligne, celui-ci devant, dans un premier temps, demander à l’établissement l’envoi d’un dossier, avant de retourner celui-ci dûment rempli et accompagné des justificatifs nécessaires, rendant ainsi la procédure longue et fastidieuse.

Consciente de ces difficultés, monabanq. a donc mis en place un service de Signature Électronique, permettant, à ses usagers, de bénéficier de toute la rapidité procurée par la réalisation de l’ensemble des démarches, par l’intermédiaire de la plate-forme Internet de l’établissement, l’ensemble des formulaires nécessaires à la souscription d’un service pouvant, en effet, grâce à cette nouvelle solution, être signés en ligne.

Innovante et utile, la solution proposée gratuitement, à ses usagers, par monabanq., constitue un avantage indéniable pour la commercialisation de services bancaires en ligne, permettant non seulement d’accélérer grandement les opérations nécessaires à la mise en place de nouveaux contrats mais aussi de procurer des outils toujours plus simples d’utilisation, venant ainsi matérialiser les nombreux efforts fournis par l’enseigne.

Téléphonie mobile : les banques accélèrent le mouvement

vendredi, juillet 29th, 2011

Aujourd’hui, l’heure est clairement au Net et, d’une manière plus générale, à toutes les technologues innovantes dont va pouvoir bénéficier une clientèle de plus en plus nomade et mobile, cette même clientèle, qui, en ce qui concerne le secteur bancaire par exemple, souhaite désormais se sentir libre d’effectuer toutes ses opérations en ligne et de manière réellement autonome.

D’où le succès grandissant des banques en ligne. Et d’où également cette alliance qui vient de s’opérer entre BNP Paribas et le groupe Orange afin qu’au terme de cette année, soient distribués dans les 2250 agences du groupe des cellulaires dotés de services bancaires.

En cela, BNP Paribas suit la tendance qui veut que la majorité des banques développent une offre. Et accomplit surtout un pas de plus, décisif celui-ci, dans sa stratégie mobile.

Avec ces nouveaux services mobiles, les usagers pourront donc gérer leurs comptes chaque jour sur leur smartphone et bénéficieront aussi de m-paiements, une fonction de paiement sans contact sur les mobiles.

M.Villeroy de Galhau, responsable de la banque de détail dans l’hexagone estime qu’il s’agit là « d’une offre totalement inédite dans l’hexagone ».

Parce que le secteur bancaire ne peut se détourner du mobile, BNP Paribas veut être à la pointe de ce marché hyperconcurrentiel et en plein essor.

Quant à Mme Fauvel, responsable de la banque en ligne chez BNP Paribas, elle affirme :

« Notre profession grandit très vite sur le mobile. En ce sens, il y a un an et demi nous n’avions pas le moindre utilisateur régulier sur mobile alors qu’a présent ils sont environ 300 000 ».

Succès oblige, BNP Paribas n’est pas seul sur le marché.

En effet, presque toutes les banques de notre pays veulent être en mesure de grignoter des parts de marché sur ce que sera demain le paiement par smartphone.

Si elles sont déjà présentes sur les applications mobiles incontournables, à savoir toutes celles dont se sert déjà l’usager pour gérer ses comptes sur son cellulaire, l’avenir couronnera à coup sûr celles d’entre elles qui auront su être les plus rapides, les plus innovantes mais aussi voire surtout celles qui seront en mesure de présenter des offres de services  aux tarifs particulièrement attractifs.

Dans ce domaine, c’est le Crédit Mutuel qui tira le premier il y a quatre ans en distribuant des cellulaires et des forfaits dans son réseau d’agences, et ce, via une offre appelée « Crédit Mutuel Mobile » également reprise dans le réseau de sa filiale du CIC.

Le Crédit Mutuel s’est tout de suite servi du statut d’opérateur MVNO (opérateur virtuel sans réseau grâce à sa filiale NRJ Mobile dont il possède presque toutes les parts).

Cette filiale collabore en partenariat avec SFR et Orange, à qui elle rachète les temps de communication.

L’établissement bancaire affirme avoir vendu plus de 800 000 forfaits jusqu’à maintenant. Et selon certains observateurs, le Crédit Mutuel, à travers ce système complètement intégré, a pris une longueur d’avance substantielle sur ses concurrents dans l’expertise des paiements mobiles.

La Poste, elle, s’est lancée dans la course il y trois mois de cela.

Elle agit aussi comme un opérateur mobile virtuel et a dans l’idée de mettre en valeur ses 17 000 points de vente dans l’hexagone mais aussi de faire venir à elle de nouveaux usagers, les jeunes en particulier. Dès la rentrée, l’application mobile de la Banque Postale figurera sur la carte SIM des cellulaires présentés.

Concernant le Crédit Agricole et sa filiale LCL, ils ont de leur coté et en juin dernier lancé Kwixo, une solution de paiement qui permet de payer ses achats en ligne depuis son smartphone mais aussi d’effectuer un transfert de fonds pour un proche.

BPCE a pour sa part collaboré à la partie conception des coques de mobiles afin que ces dernières soient équipées de la technologie de paiement sans contact.

Pour BNP Paribas, le modèle n’est pas le même. Les agences du groupe présenteront à la clientèle des cellulaires associés à des services bancaires, toutefois l’établissement ne veut pas jouer le rôle de MVNO.

M.Villeroy de Galhau :

« Opérateur mobile, c’est un autre métier. Voila pourquoi nous souhaitons avant tout nous concentrer sur notre rôle de banquier. C’est là que se trouvera réellement notre valeur ajoutée ».

Notons enfin que ce n’est pas la première fois qu’Orange et BNP Paribas collaborent. Ils ont en effet déjà développé une co-entreprise sur le continent africain, Orange Money pour ne pas la nommer.

Par ailleurs, le groupe bancaire s’est également associé à Buyster, la plate-forme d’e-paiement d’Orange, de SFR mais aussi de Bouygues.

monabanq. reste plus que jamais à l’écoute de ses usagers

vendredi, juillet 29th, 2011

Ayant toujours mis un point d’honneur à offrir, à ses usagers, malgré la distance, un service de proximité, monabanq. n’en finit pas de multiplier les initiatives afin de toujours s’améliorer dans ce domaine et de mettre en place des solutions à chaque fois plus pertinentes, pour accompagner ses clients dans chacune des démarches qu’ils peuvent être amenées à réaliser, lors de la gestion de leur compte courant, de leurs crédits, de leurs produits d’épargne, ou encore de leurs investissements boursiers.

C’est ainsi, tout d’abord, par l’attribution d’un Conseiller Personnel que tout commence. Restant joignable de 8 heures à 22 heures, aussi bien par mail, par téléphone, que par le biais d’un VisioRendezVous, celui-ci peut ainsi répondre, quasiment à tout moment, à l’ensemble des interrogations un usager peut se poser.

Ensuite, des rendez-vous réguliers peuvent être organisés, selon le rythme choisi par le client, afin que celui-ci puisse obtenir les meilleurs conseils, pour préparer et concrétiser l’ensemble de ses projets, la très large gamme de produits financiers disponibles sur cette plate-forme électronique permettant, en effet, de remplir toutes sortes d’objectifs.

Cette prise en charge très suivie se poursuit tout au long du contrat et débute dès la souscription par un « appel découverte », afin de définir, très clairement, dès le départ, les principales attentes de ce nouvel usager.

Lorsque, lors de l’utilisation du site Internet, un problème technique survient, une Assistante Client est aussi prévue pour venir résoudre le problème, en transmettant rapidement les informations au service qui sera alors capable de les prendre en charge et d’apporter une solution efficace, qui plus est, dans les meilleurs délais, un appel étant même passé aux clients afin de le prévenir immédiatement lorsque tout est rentré dans l’ordre.

Dans le cas où le Conseiller Personnel ne serait, de manière exceptionnelle, pas joignable, une plate-forme téléphonique « A votre écoute » reste aussi disponible, six jours sur sept, du lundi au vendredi, entre 8 heures et 22 heures, et le samedi, entre 8 heures et 20 heures, garantissant ainsi de toujours trouver un interlocuteur compétent pour pourvoir évoquer sa situation.

Au-delà de cela, monabanq., qui a toujours su rester parfaitement en phase avec son époque, prouve, une fois de plus, à l’heure actuelle, cette capacité, en adaptant ses services aux moyens de communication très prisés que représentent aujourd’hui les smartphones, par le lancement de nombreuses applications, telles que Mon Portefeuille, Taux Epargne, ou encore Suivi Crédits, qui permettent d’avoir un accès permanent à son argent, pour une gestion au quotidien beaucoup plus simple et efficace.

Souhaitant se démarquer de ses concurrentes et rester, comme son slogan l’indique, « de loin la banque la plus proche », l’enseigne n’en finit pas de montrer l’attention réelle qu’elle porte à ses usagers, en élaborant toujours des solutions plus pratiques, facilitant réellement le quotidien, à l’image du MonaScope, du Bordereau Numérique, et du Coffre-fort électronique, qui permettent respectivement de visualiser clairement l’évolution de ses comptes, d’enregistrer ses chèques en ligne, et d’archiver ses documents importants.

Un Mag LCL pour mieux préparer son départ en vacances

mercredi, juillet 27th, 2011

L’été approchant et, avec lui, les départs en vacances, la banque LCL profite de la parution du nouveau numéro de son Mag LCL, bulletin vidéo permettant à l’enseigne d’informer ses usagers de l’évolution de ses différents services bancaires, pour aborder, de manière claire et précise, grâce à l’intervention de Claire Rochard, Chef de Produit Marketing LCL, les points essentiels concernant l’utilisation d’une carte bancaire lors d’un voyage.

Revenant sur les nombreuses garanties offertes par l’utilisation de ce moyen de paiement, cette vidéo est l’occasion de rappeler, aux usagers de l’enseigne, les nombreux avantages procurés, permettant notamment de bénéficier d’une indemnisation en cas d’annulation, ou encore d’une prise en charge lors de problèmes médicaux, constituant autant de sécurités pour une meilleure détente.

Constituant aussi le moment idéal pour procéder à un certain nombre de rappels, ce nouveau numéro du Mag LCL offre aussi la possibilité, à l’enseigne, de dispenser un certain nombre de conseils, comme par exemple celui de vérifier, avant le départ, la validité de ces moyens de paiement ainsi que les limitations auxquelles ceux-ci sont soumis, les voyages représentant une source de dépenses importantes pouvant contribuer au blocage d’une carte bancaire.

Représentant, pour LCL, un moyen particulièrement efficace d’informer ses usagers des dernières évolutions de ses services, le Mag LCL leur donne aujourd’hui l’opportunité de bénéficier des conseils de spécialistes, pour profiter au mieux de l’ensemble des prestations fournies par l’établissement bancaire, garantissant ainsi à ceux-ci de se détendre, dans les meilleures conditions, durant les vacances, lors de séjours en France ou à l’étranger.

monabanq. tente de séduire les 16 – 18 ans grâce à une formule de compte bancaire qui leur est entièrement dédiée

mardi, juillet 26th, 2011

Malgré la grande diversité de l’offre qu’elle propose déjà, monabanq. ne semble pas prête de s’arrêter là et vient justement de le prouver, à nouveau, en mettant en place une solution de compte bancaire réservée, cette fois-ci, aux 16 – 18 ans, permettant donc à cette catégorie de population d’accéder ici à une formule tout à fait adaptée à leurs besoins si spécifiques.

Afin de pouvoir apporter des réponses, dès que les questions de ce jeune public viennent à apparaître, le service client reste ouvert sur une amplitude relativement large, permettant alors de joindre son Conseiller Personnel, du lundi au vendredi, de 8 heures à 22 heures, mais aussi le samedi, de 8 heures à 20 heures, différents moyens ayant été pour cela mis en place, tels que la plate-forme téléphonique, le formulaire de contact en ligne, ou encore le dispositif de VisioRendezVous.

Pour ce qui concerne, de manière plus concrète, la solution proposée en elle-même, celle-ci ouvre alors droit à de nombreux avantages, comprenant notamment une vingtaine d’opérations gratuites, avec la possibilité de se voir délivrer sans frais supplémentaire un chéquier, ainsi qu’une carte de retrait, le coût de la carte de paiement s’élevant, quant à lui, à 15 € par an, avec l’opportunité en outre de profiter de tous les outils mis à la disposition des usagers de l’enseigne, comprenant notamment, le Bordereau Numérique, pour enregistrer ses chèques directement en ligne, l’e-relevé, pour consulter le solde de son compte et les dernières opérations réalisées sur celui-ci, ou encore les Alertes SMS/emails, pour être prévenu lors d’une transaction importante effectuée sur celui-ci.

D’autres options peuvent également venir s’ajouter à ces services déjà relativement complets, permettant, cette fois-ci, de voir ce compte courant rémunéré à un taux brut de 1 %, dès le 1er euro, le tarif s’élevant alors à 18 € par an, dans le même temps où le Livret Jeune, aussi proposé ici, garantit, à l’heure actuelle, d’atteindre une performance nette de 4 %, jusqu’à son plafond de 1 600 €, l’épargnant pouvant ensuite opter pour un Compte Epargne Jeune, dont le rendement brut est de 3 %.

Entendant bien, grâce à cette solution, séduire un nouveau public, dès que celui-ci commence à avoir réellement besoin de souscrire des produits et des services bancaires, du fait que celui-ci débute tout juste une autre étape de sa vie, monabanq. met tous les atouts de son côté pour voir cette initiative couronnée de succès, comme toutes celles entreprises auparavant, lui ayant notamment permis de recevoir le Label d’Excellence 2011, décerné par les Dossiers de l’Epargne, pour son compte de dépôt, celui-ci récompensant tout particulièrement « la gratuité de nombreux services… les tarifs très compétitifs des autres prestations… ».

Ayant bien compris que les jeunes constituent une réserve de clientèle inépuisable, qui saura, qui plus est, rester fidèle à l’enseigne, monabanq. veille de très près à ce que ses offres suivent toutes les dernières évolutions et adapte donc, sans cesse, celles-ci, aux nouvelles technologies notamment, dont les usagers se révèlent être de plus en plus friands, tout spécialement dans le domaine bancaire.

Internet utilisé en première intention pour se renseigner sur les services financiers

lundi, juillet 25th, 2011

Les consommateurs surfent d’abord sur Internet pour rechercher une nouvelle banque ou s’informer sur les nouveaux services bancaires. C’est ce qui ressort d’une récente étude de Médiamétrie / NetRatings, conduite en partenariat avec la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Cette tendance conforte directement les banques en ligne, très bien positionnées sur le web. (suite…)

Les paiements sans contact deviennent de plus en plus populaires

dimanche, juillet 24th, 2011

Malgré l’intérêt que les Français continuent de porter aux formes de paiement en espèces, ou bien encore par chèque, et par carte, les banques tentent toujours, et même de plus en plus, de trouver des alternatives à ces deux moyens de règlement, afin d’offrir, à leurs usagers, une simplicité d’utilisation encore plus grande, le nouveau support, que constitue aujourd’hui les smartphones, apparaissant comme un outil de premier ordre, dans le cadre du développement de ces solutions.

Bien conscient de ce phénomène, le Cabinet Gartner a alors mené une étude autour de ce thème, relevant que ce mouvement devrait voir, en 2011, plus de 140 millions de personnes, 141,1 précisément, recourir à ce nouveau dispositif, affichant donc une hausse de 38,2 % par rapport à l’année précédente.

Devant concerner quelques 86,1 milliards d’euros, marquant une progression de 75,9 %, lorsqu’il s’agit de comparer ce montant à celui enregistré l’an dernier, ces transactions vont donc prendre une ampleur exceptionnelle, en très peu de temps, montrant bien là l’intérêt des usagers pour ces nouveaux moyens de paiement.

Bien que se répandant moins rapidement que prévu, quel que soit le niveau de développement des différents pays concernés, comme le souligne Sandy Shen, en tant que Directrice de Recherche du cabinet d’études, « la croissance n’est pas aussi forte qu’anticipé », les plus grands spécialistes, et professionnels des différents secteurs concernés, restent tout à fait optimistes quant au potentiel de ces nouvelles solutions mises en place, aussi bien dans les pays développés, où la demande est bien réelle, que dans ceux en voie de développement, dans lesquels les téléphones mobiles sont très répandus alors que peu de comptes bancaires sont, à l’heure actuelle, ouverts.

Devenus relativement fréquents dans des pays tels que le Kenya, ou encore les Philippines, les transferts d’argent, par le biais d’un SMS notamment, n’augurent toutefois pas nécessairement, selon cette responsable du Cabinet Gartner, de bons résultats pour les moyens de paiement électroniques, « il n’y a pas de garantie de succès », celle-ci rappelant que, de manière générale, les marchés des pays les plus défavorisés requièrent, à chaque fois, une adaptation importante des offres, tandis que, dans les régions du monde plus aisées, il faudra aussi, sans doute, un peu de temps avant que le paiement sans contact n’entre réellement dans les habitudes des usagers.

Lorsqu’il est question de déterminer une date approximative, Sandy Shen compte quelques années encore pour que cette nouvelle forme de paiement soit enfin utilisée à grande échelle, « nous pensons que l’adoption massive n’aura pas lieu avant quatre ans », celle-ci indiquant alors que le plus délicat reste, comme toujours, de « changer les habitudes des consommateurs », un long travail devant encore être produit pour les convaincre « de payer avec des téléphones portables plutôt qu’avec de l’argent liquide et des cartes ».

Ayant véritablement permis de révolutionner le secteur bancaire et de le rendre finalement plus proche de ses usagers, les smartphones n’en n’ont vraisemblablement pas terminé de simplifier davantage l’utilisation et la gestion du budget au quotidien.

Le chèque toujours très apprécié des Français

vendredi, juillet 22nd, 2011

Malgré la forte poussée de la carte bancaire, ces dernières années, le chèque reste toujours, en France, un moyen de paiement très sollicité. Même si la fréquence de son utilisation tend à diminuer, sa disparition complète, comme il en est question dans certains pays européens et bien qu’un temps évoquée également sur notre territoire, ne semble plus être à l’ordre du jour. Cette menace, pesant pourtant bel et bien aujourd’hui sur le chèque, est donc apparue, voilà près d’une année et demie, en Grande-Bretagne, prévoyant alors, pour 2018, la suppression de ce moyen de paiement, justifiée par le fait que celui-ci serait en « déclin terminal » et qu’il engendrerait, en outre, trop de frais pour les banques, et une certaine insécurité pour les commerçants, les magasins de l’autre côté de la Manche, étant de plus en plus nombreux à le refuser.

Bien que ne servant plus qu’à la réalisation de 3 % des transactions, le chèque dont l’avenir s’était vu quelque peu remis en question par le Conseil des Paiements Britannique vient toutefois de retrouver, semble-t-il, un nouveau souffle, cette même institution ayant, quelques temps plus tard, changé son fusil d’épaule, affirmant que les « chèques resteront tant que les clients en auront besoin », l’annonce précédente ayant, en effet, suscité un fort mécontentement de la part des usagers, et de certaines organisations caritatives, qui craignaient qu’une telle initiative ne pénalise encore davantage les populations les plus défavorisées.

En France, si Christine Lagarde s’était, elle aussi, il y a un an, lors de la consultation du rapport Pauget-Constans, penchée sur la question du « remplacement progressif à moyen terme du chèque », par un système de virement électronique, auquel celle-ci semblait être alors tout à fait favorable, ce sujet paraît ici aussi temporairement clos, cette haute responsable ayant indiqué, dès le mois de mars suivant, que « la suppression du chèque n’est pas une option aujourd’hui », tout en demandant qu’une nouvelle étude autour de ce thème soit réalisée, révélant alors que, bien que de moins en moins sollicité, le chèque reste un moyen de paiement très utile aux Français.

Avec 3,3 milliards de documents émis, pour la seule année 2009, représentant une moyenne de 51 chèques par habitant, et une transaction sur cinq, les Français restent, pour l’Europe, les plus gros consommateurs de ce moyen de paiement. Ce succès est, sans doute, dû à la gratuité de celui-ci, dans le même temps où les nouvelles solutions mises en place, à l’image du paiement électronique entre particuliers, par PayPal, par exemple, impliquent un surcoût. L’autre avantage le plus fréquemment cité consiste dans le fait que le chèque permet de garder le contrôle sur ses finances, contrairement aux prélèvements notamment, lui conférant donc un atout indéniable, faisant oublier le ralentissement qu’il cause lors du passage en caisse, principal reproche qui lui est fait aujourd’hui.

Loin d’avoir trouvé une réponse satisfaisante à cette question, celle-ci risque encore de susciter de nombreux changements, pouvant amener, pourquoi pas, à l’élaboration d’un nouveau moyen de paiement, destiné alors à remplacer ce fameux chèque.