Archive for janvier, 2012

ING Direct dresse un bilan encourageant de ses 12 premières années d’existence

mercredi, janvier 18th, 2012

Constituant aujourd’hui l’une des plus anciennes banques en ligne de France, ING Direct, filiale du grand groupe bancaire néerlandais dont elle porte le nom, a su imposer son modèle. Rencontrant un franc succès auprès du grand public, celle-ci peut désormais compter, en ce début d’année 2012, quelques 840 000 usagers, grâce notamment aux bons résultats enregistrés en 2011, malgré une concurrence toujours plus forte de la part des grandes enseignes françaises.

Profitant de la conférence de presse organisée pour la présentation des résultats d’ING Direct, Benoît Legrand, Directeur Général de l’établissement, a ainsi tenu à mettre en évidence le recrutement net de quelques 40 000 usagers, permettant aujourd’hui, à la banque en ligne, d’enregistrer un encours de 14 milliards d’euros, principalement orientés vers l’épargne, l’assurance vie et l’investissement boursier ne représentant que 3 milliards d’euros.

N’entendant pas se reposer sur ses acquis, ING Direct a aussi fait savoir qu’elle réfléchissait à la mise en place d’un certain nombre de nouveaux services, parmi lesquels les très attendus crédits immobiliers, qui ne devraient toutefois pas faire leur apparition en 2012, la banque en ligne ayant pour l’heure le projet d’ouvrir une seconde agence, afin de compléter les services proposés par l’ING Direct Café de Paris.

Encouragée par les bons résultats enregistrés sur ses 12 années d’existence, ING Direct entend continuer sur sa lancée, comme l’a rappelé son Directeur Général, Benoît Legrand, et apporter toujours plus de services, à ses usagers, grâce à la mise en place d’un réseau d’agences, celui-ci devant toutefois rester limité puisque la banque en ligne entend limiter autant que possible ses dépenses en la matière.

Selon l’UFC – Que Choisir, la perte du triple A ne doit, en aucun cas, avoir de conséquences pour les usagers des banques

mardi, janvier 17th, 2012

Révélée vendredi 13 janvier, la dégradation de la note de la France par la grande agence américaine Standard & Poor’s, qui lui a ainsi fait perdre son triple A, a immédiatement entraîné la réaction des différents acteurs politiques et économiques.

Sans plus tarder, le lundi suivant, ce fut au tour de l’UFC – Que Choisir de faire part de ses craintes face à cette situation et à la réaction que les banques pourraient avoir dans ce cas, l’association s’étant montrée très déterminée dans sa volonté de surveiller celles-ci et leurs actes.

Redoutant, en effet, l’apparition d’une « crise de défiance » entre les banques, il semblerait que la diminution dans la distribution des crédits soit tout à fait possible, de même que l’augmentation des taux d’intérêt de ces derniers, ce qui aurait des conséquences très néfastes sur l’économie du pays tout entier, d’autant plus que les emprunts immobiliers semblent être en première ligne, risquant alors de pénaliser bon nombre de ménages qui ne pourront plus accéder à la propriété aussi sereinement.

Ayant d’ores et déjà mis en garde le Ministère de l’Economie quant à cette éventualité, l’UFC – Que Choisir est déterminée à protéger, cette fois-ci, les usagers des conséquences que pourraient avoir cette situation sur leurs propres finances, ceux-ci ne devant pas supporter la moindre « surfacturation » de la part de ces établissements, l’association s’étant engagée à scruter « l’évolution des taux du marché au vu du coût de l’argent pour les banques et plus globalement leurs pratiques tarifaires suite à la perte du triple A ».

Enfin de vraies réponses apportées aux clients des banques grâce à BNP Paribas

lundi, janvier 16th, 2012

Mise en place au mois de novembre dernier, la campagne du « Parlons Vrai » de BNP Paribas se poursuit en cette nouvelle année par la rediffusion, du 15 au 28 janvier, de spots publicitaires déjà diffusés alors, le grand groupe bancaire ayant bel et bien décidé de s’adresser franchement à tous les usagers pour apporter toutes les réponses à leurs questions.

Ce sont, à l’heure actuelle, plus de 750 interrogations auxquelles ont été apportées des solutions concrètes et personnalisées que le groupe peut revendiquer, montrant bien là que son initiative fonctionne parfaitement, les 200 000 visiteurs uniques comptabilisés, depuis le début, sur la plate-forme, venant confirmer l’intérêt suscité auprès du public.

Les efforts en agence portent aussi leurs fruits, grâce au travail des conseillers, ainsi qu’aux divers ateliers, organisés un peu partout en France et permettant aux professionnels et aux usagers d’échanger librement sur des thèmes de la vie quotidienne ayant également trait au domaine bancaire sans que toutefois la souscription d’aucun produit ou service ne leur soit proposée à ce moment-là, le but étant ici purement informatif.

Ayant bien compris que les usagers doivent, avant tout, retrouver confiance dans les banques, dont l’image a été quelque peu écornée du fait de la survenue de la crise financière, BNP Paribas entend bien, aujourd’hui, faire preuve de la plus grande transparence possible à leur égard, en leur apportant toutes les réponses dont ils ont besoin pour comprendre leur mode de fonctionnement et mieux appréhender cet univers qui impressionne encore beaucoup et qui reste finalement assez méconnu.

Le Mobile Film Festival 2012 et BNP Paribas décerneront un Prix du Public

dimanche, janvier 15th, 2012

A l’occasion du Mobile Film Festival dont la cérémonie aura lieu le 8 février 2012, le jury et la Banque BNP Paribas récompenseront un réalisateur avec le Prix du Public pour un film réalisé avec un mobile. Le prix du lauréat sera décerné par tous les internautes qui voteront sur le site internet du Mobile Film Festival. Ce concours culturel permet de soutenir tous les jeunes réalisateurs qui réussissent la prouesse de faire un film d’une minute à partir d’un mobile. Un jury composé de grandes personnalités du monde du cinéma décernera lui aussi des prix dont leur lauréat du Meilleur Film Mobile.

Une sélection de 5O films mobiles pour le festival

Pour l’année 2012, cinquante réalisateurs vont présenter leur film d’une minute au Mobile Film Festival. Ils sont tous nominés et entrent en lice pour décrocher les prix offerts par les organisateurs et la Banque BNP Paribas. Ces réalisateurs ont été retenus pour leurs compétences professionnelles et leur sens artistique très original.

Cette année le Mobile Film Festival innove en proposant aux internautes de participer au jury. Un prix spécial a été créé : le Prix du Public. Ainsi, chacun pourra voir les films sur internet et voter pour son film préféré. Les internautes peuvent voir les films depuis leur ordinateur, mais aussi depuis leur tablette tactile et sur leur smartphone.

Venez voter pour le meilleur film mobile

Pour visionner les films et participer au scrutin qui décernera le Prix du Public rendez vous directement sur le site du Mobile Film Festival :

www.mobilefilmfestival.com

Ce site est compatible avec tous les terminaux mobiles, notamment pour les mobiles iPhone et Androïd. Les internautes retrouveront aussi les courts métrages sur la page Facebook du Mobile Film Festival.

Les Prix du Mobile Film Festival

Le prix du Meilleur Film Mobile est composé d’une somme de 15 000 euros. Ce montant destiné au lauréat l’aidera à réaliser un court métrage. Ce prix comprend aussi le soutien d’un producteur pour la diffusion de l’œuvre.

Les autres prix s’accompagnent d’une somme de 500 €.

Les autres prix sont :

  • le Prix du Meilleur Acteur
  • le Prix de la Meilleure Actrice
  • le Prix du Meilleur Scénario
  • le Prix de la Meilleure Animation
  • le Prix du Public

Le jury

Le jury sera présidé par Mme Danièle Thompson, la fille du réalisateur Gérard Oury, elle-même réalisatrice de Fauteuils d’orchestre, Décalage horaire, La Bûche et Le Code a changé, et scénariste de La Grande Vadrouille, La Folie des grandeurs, Les Aventures de Rabbi Jacob, La Boum et La Reine Margot.

Les personnalités qui composent le jury sont :

  • Elsa Amiel, Actrice, Réalisatrice, Scénariste et 1ère Assistante réalisateur (Les Beaux gosses de Riad Sattouf, Tournée de Mathieu Amalric, L’Appolonide souvenir de la maison close de Bertrand Bonello)
  • Laurent Cotillon, Rédacteur en Chef, Le Film Français
  • Marc-Benoît Creancier, Producteur, de la société de Production Easy Tiger
  • Arié Elmaleh, Acteur, nominé aux Césars pour l’École pour tous d’Éric Rochant, et aux Molières pour Irrésistible de Fabrice Roger-Lacan
  • Frédéric Fleurier, Responsable du programme Motion Maker chez Dailymotion
  • Victor-Manuel Godoy, Chargé de développement du label Mouviz
  • Isabelle Giordano, Journaliste
  • Sylvie Landra, Monteuse, nominée aux Césars pour Léon, Le Cinquième élément, Jeanne d’Arc et Fauteuils d’orchestre
  • Jessica Rosselet, Productrice, société de Production Easy Tiger
  • Yann Samuell, Réalisateur (Jeux d’enfants, My Sassy Girl, L’Âge de raison, La Guerre des boutons).

Rendez-vous le 8 février pour la remise des prix

La soirée de remise des prix du Mobile Film Festival se tiendra le 8 février 2012 au cinéma l’Arlequin dans Paris 8ème. Les participants, les spectateurs, le jury et les partenaires seront présents dans la salle pour voir l’ensemble des 50 films d’une minute chacun.

Ce festival fait partie des nombreuses manifestations cinématographiques dans lesquelles BNP Paribas s’investit pour promouvoir de jeunes talents et le 7ème art. BNP Paribas est fière de soutenir ainsi le monde du cinéma et cette fois, elle le fait à travers un autre média : le web.

Un million d’euros offerts par BNP Paribas aux Restos du Cœur

samedi, janvier 14th, 2012

Confrontés, eux aussi, à la crise, les Restos du Cœur, toujours aussi actifs, tout particulièrement en période hivernale, ont du faire appel, le lundi 26 décembre, à la générosité des différents acteurs capables de leur venir en aide dans ces moments difficiles. C’est donc investi de cette mission délicate que le Président de l’association, fondée en 1985, par Coluche, a indiqué avoir « servi l’année dernière 110 millions de repas (à 860 000 personnes) » et prévoir d’en « servir cette année 115 millions de repas », expliquant alors pourquoi était demandé « un effort supplémentaire pour offrir 5 millions de repas supplémentaires ».

N’ayant pas pu rester indifférent à cet appel, BNP Paribas, le grand groupe bancaire français, a alors tenu à participer à cette action et a donc pu verser, par l’intermédiaire de sa Fondation, très impliquée socialement, un million d’euros, participant donc à la distribution d’un million de repas.

En effet, cette année, l’ensemble des associations venant en aide aux plus démunis ont toutes été d’accord pour affirmer que leurs besoins, en matière alimentaire, allait augmenter entre 5 % et 8 %, ce qui a donc également donné lieu, début janvier, à l’initiative de Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au Commerce, à un rassemblement des responsables de la grande distribution et des industries agro-alimentaires, puis, de ce fait, à la mise en place d’un « moment de solidarité », dans le but de collecter des denrées en plus grand nombre et de pouvoir apporter un maximum de soutien sur le terrain.

BNP Paribas, une offre de cartes bancaires adaptée à tous les besoins

vendredi, janvier 13th, 2012

Apparue, sous sa forme actuelle, au milieu des années 1950, la carte bancaire a réussi, en peu de temps, à s’imposer dans notre vie quotidienne, permettant, à un nombre toujours plus important d’usagers, de profiter de tous les avantages proposés, celle-ci sachant s’adapter aux besoins de chacun pour offrir la meilleure solution possible.

Disponible, aujourd’hui, en une très grande variété, les cartes bancaires constituent, pour les établissements financiers, un produit incontournable, à l’image de BNP Paribas, dont l’étendue de l’offre de ces moyens de paiement constitue aujourd’hui un avantage indéniable pour l’ensemble de ses usagers.

Proposant, bien entendu, des cartes bancaires classiques grâce à ses offres Visa Electron et Visa Classic, la banque offre aussi la possibilité de bénéficier d’un moyen de paiement haut-de-gamme avec ses cartes Visa Premier et Visa Infinite, qui ouvrent, en outre, un accès intéressant à diverses garanties et prestations supplémentaires.

Souhaitant apporter, à ses usagers, des solutions en accord avec leurs moindres besoins, BNP Paribas a aussi conclu un partenariat avec le grand groupe American Express lui permettant de fournir l’ensemble des moyens de paiement de cette gamme, comprenant ainsi les cartes Green, Gold et Platimum.

N’oubliant aucun aspect, l’établissement bancaire a aussi développé une gamme de cartes de retrait particulièrement complète, assurant alors de profiter de chacun de ses services, dans les meilleures conditions possibles, à l’image de la Carte Livret A, qui donne l’opportunité, depuis un simple guichet automatique, de procéder à un retrait sur la solution d’épargne favorite des Français.

Le baromètre des « Usages et Frais bancaires » de Fortuneo montre un intérêt grandissant des Français pour les banques en ligne

mercredi, janvier 11th, 2012

Soucieuse de toujours apporter des réponses adaptées aux préoccupations de ses usagers, Fortuneo a donc sollicité l’institut de sondages Ipsos, afin que celui-ci réalise un nouveau baromètre des « Usages & Frais bancaires ». Ainsi, pour la troisième année, la banque en ligne a décidé de réévaluer les habitudes des clients, ainsi que leurs attentes, pour être ensuite plus à même de connaître la stratégie à adopter pour séduire un public encore plus large.

L’enquête de cette année a donc permis de relever que, désormais, 78 % des usagers consultent leurs comptes sur Internet, tandis que 65 % y effectuent également la gestion des opérations courantes. Pour ce qui concerne la relation au quotidien, 41 % ont alors déclaré avoir été en contact plus de dix fois au cours des six derniers mois avec la plate-forme de leur banque, contre seulement 6 % avec leur agence.

Ces résultats portant sur « les points de contact entre les banques et leurs clients » montrent donc très clairement que ces derniers se tournent de plus en plus vers les services en ligne que proposent, à présent, les établissements financiers.

Ayant fait l’objet de réglementations plus sévères, quant à leur mode de diffusion notamment, Fortuneo a également voulu savoir, en demandant la réalisation de ce baromètre, si la situation avait réellement changé à ce niveau-là.

Il apparaît ainsi une réelle amélioration de la connaissance des tarifs bancaires, puisque 50 % indiquent aujourd’hui être informés de ceux-ci contre seulement 36 % en 2009, même si cela ne change en rien le fait qu’ils restent considérés comme étant trop élevés, 80 % des personnes interrogées confirmant encore cela, certains frais continuant aussi à être qualifiés d’injustifiés, à l’image notamment de la facturation des opérations consistant à retirer des espèces auprès d’un Distributeur Automatique de Billets, pour 93 % des sondés, de celle des virements externes, pour 87 %, ou bien encore de la fourniture de la carte bancaire, pour 59 %.

Ensuite, pour ce qui concerne la transparence de ces services, une meilleure connaissance du relevé annuel des frais bancaires perçus a pu être notée à l’occasion de ce baromètre, 67 % affirmant avoir consulté ce document lors de sa réception au mois de janvier 2011, alors qu’une année auparavant, ce chiffre ne s’élevait qu’à 59 %.

En revanche, le « package bancaire » reste toujours aussi méconnu, tout d’abord, puis mal perçu par l’opinion, seulement 22 % des personnes ayant pris part à ce baromètre sachant si elles en détiennent un ou non, les 34 % sachant qu’elles en bénéficient considérant, pour leur part, à 46 %, que celui-ci ne représente pas une source d’économies, 8 sur 10 n’utilisant pas tous les produits et services qu’il contient.

Afin d’améliorer la concurrence, les établissements financiers ont aussi été invités à mettre en place des solutions visant à rendre le changement de domiciliation bancaire beaucoup plus facile répondant ainsi à un véritable besoin de la part des usagers qui se disent prêts, pour 60 % d’entre eux, à faire appel à un nouveau prestataire afin de réaliser des économies, 40 % étant même tentés de franchir le pas vers une banque en ligne.

Malgré cela et les dispositifs mis en place dans le but de prendre en charge l’ensemble des formalités à régler pour accomplir ce genre d’opération, le changement de domiciliation bancaire reste, selon 60 % des sondés, encore difficile, ce chiffre ayant même augmenté par rapport à celui des deux années précédentes, où il s’établissait à 58 %, en 2010, et 52 %, en 2009.

Basé sur les réponses apportées par les 1 009 internautes, âgés de 16 à 64 ans, sollicités dans ce but, ce baromètre des « Usages & Frais bancaires », réalisé entre le 9 et le 13 décembre 2011, a ainsi permis, à Fortuneo, d’obtenir les réponses qu’elle souhaitait, afin de pouvoir adapter sa stratégie de développement, en fonction des éléments ainsi recueillis, l’enseigne ayant désormais l’assurance que le mode de fonctionnement qu’elle a adopté depuis ses débuts, bien qu’ayant suscité, au départ,  certaines réticences, est aujourd’hui de plus en plus apprécié, les avancées qui l’ont accompagnées figurant, à présent, en bonne place parmi les critères de sélection des usagers, le fait de profiter d’un accès permanent à ces comptes se révélant être essentiel, à l’heure où la crise pèse sur le budget des ménages et ou une gestion rigoureuse de celui-ci s’impose.

Boursorama Banque affiche un TEG de 3,95 % sur son prêt immobilier

mercredi, janvier 11th, 2012

Figurant parmi les rares banques en ligne à proposer la souscription d’un prêt immobilier, Boursorama Banque tient tout particulièrement à cette spécificité dans la mesure où elle lui permet, dans sa stratégie, de fidéliser sa clientèle, avantage important, selon l’enseigne, qui se démarque ainsi de ses concurrentes qui ont, pour la plupart d’entre elles, fait le choix de faire de leur livret d’épargne leur produit d’appel.

Pouvant prendre la forme d’un crédit classique, à taux fixe, lors de l’acquisition notamment d’une première résidence, d’un prêt relais, dans le cas de l’achat d’un nouveau dans l’attente de la revente du précédent, ou d’un emprunt in fine, pour les propriétaires désireux de financer et d’optimiser leurs investissements locatifs, les solutions offertes ici s’adaptent donc à toutes les situations.

Souhaitant réellement mettre en avant cette possibilité donnée, Boursorama Banque vient d’annoncer l’application d’un taux d’intérêt plus qu’avantageux à celui-ci. En effet, pour toute souscription avant le 31 mars 2012, le TEG annuel ne s’élève alors qu’à 3,95 % seulement, assurance comprise, pour une durée de remboursement pouvant s’étendre sur 14 ans.

Présentant, de cette manière, un coût extrêmement réduit, l’emprunt disponible ici propose également de bénéficier de la totale gratuité des frais de dossier, tandis qu’aucune indemnité de remboursement anticipé ne sera non plus demandée, le cas échéant.

Extrêmement accessible du fait des conditions affichées, ce crédit permet, en outre, de profiter des conseils personnalisés d’une équipe qui reste à l’écoute pour un accompagnement sérieux, procurant un maximum de sérénité pour franchir une étape importante de la vie.

« La banque », toujours bien vue des Français

mardi, janvier 10th, 2012

Une inquiétude balaie le secteur bancaire depuis la crise financière de 2008. Pour avoir une vision plus claire de l’opinion des Français à l’égard de leur banque, Viavoice a enquêté pour savoir dans quelle mesure l’image de la banque s’était dégradée et identifier les moyens à mettre en œuvre pour restaurer leur confiance.

Contre toute attente, les résultats du sondage d’opinion diffusés sur BFM Business annoncent que les banques ont pu traverser la crise sans que leur image se soit trop dégradée dans l’esprit des Français. Ces derniers se montrent même attachés à son « cœur de métier » et non à une mutation de son rôle au profit de plus d’engagements citoyens. Surtout, l’enquête confirme que la communication numérique permet d’approfondir la relation bancaire et forme un gage de confiance.

La bonne perception des  Français à l’égard de « la banque »

D’après l’enquête de Viavoice, les Français perçoivent le secteur bancaire plutôt favorablement. Les termes de « proximité » (68 %), « moderne »  (63 %) et d’« institution » (62 %), sont les plus utilisés pour qualifier la banque, faisant pencher la balance vers une vision très classique de ces établissements.

Posant les mêmes questions à propos de leur propre banque, les personnes interrogées reprennent les mêmes critères complétés par les qualités de « confiance » (61 % contre 46 % pour l’ensemble des banques), de « solidité » (65 % contre 51 %), et d’« assise financière » (63 % contre 57 %).

Côté points faibles, interrogés sur les banques en général, seuls 39 % des sondés ont retenu la « prise en compte des clients ». Ce chiffre remonte à 50 % relativement à leurs propres banques. Les banques sont surtout prises en défaut de transparence, 69 % des personnes interrogées niant cet attribut aux banques considérées globalement, et 58 % pour leurs propres banques.

Ainsi, prévaut l’image d’une banque « institution » et sans surprise, ce sont La Caisse d’Epargne et La Banque Postale qui remportent les meilleurs taux de réponse en termes de confiance, solidité, bonne gestion, responsabilité et proximité. Le meilleur rapport qualité-prix et de services revient à La Banque Postale.

Les banques priées de s’en tenir à leur cœur de métier

Plutôt que de multiplier les implications dans des œuvres caritatives et communiquer sur leurs actions solidaires et citoyennes, les banques ont tout intérêt à se concentrer sur leur activité principale pour gagner la confiance des Français.

La récente mutation du rôle de la banque vers plus d’interventions sociétales n’est pas une attente des Français : à la question de savoir « ce que vont faire les banques au travers de la crise », seuls 3 % répondent « s’impliquer plus dans des activités citoyennes (partenariats avec des associations, parrainage d’initiative, actions caritatives…) », quand ils sont 29 % à penser qu’elles vont « s’adapter à la crise et recentrer leurs activités ».

Pour les personnes interrogées, une « bonne banque » est celle qui va savoir « prendre en compte ses clients » (37 %), c’est « une banque qui protège leur argent » (27 %), ou « une banque experte à qui ils confient leur argent  » (14 %).

Préférant de loin un banquier expert, exerçant son rôle traditionnel, plus de la moitié des Français maintiennent un contact régulier (55% des personnes interrogées avaient rencontré leur banquier à peine quelques jours auparavant), ne serait-ce qu’au sujet d’un simple renseignement (42 %).

L’enquête identifie trois profils de clients au sujet de la relation avec la banque.
Dans un premier cas, la relation est personnalisée avec la banque et procède par tout moyen de contact : le face-à-face (97 %), le téléphone (93 %), le mail (79 %), le relevé de compte (70 %). Le 2nd profil de client vise ceux qui souhaitent une meilleure relation. 52 % déclarent « n’être connu que par l’intermédiaire de leurs compte » (dont 59 % des 65 ans et plus) et 11 % « ils ne me connaissent pas (dont 24 % des 18-24 ans). Ils estiment par ailleurs que la relation directe avec un conseiller est primordiale (31 %) ou importante (25 %) et qu’une relation personnalisée peut passer par mail (58%),  téléphone (68 %) et bien entendu par le face-à-face (86 %).

Les clients incarnant le 3ème profil sont ceux pour lesquels la relation personnalisée avec son banquier est soit inutile (17 %), soit anxiogène (3 %).

La relation web, nouveau gage de confiance

Portés par la confiance des Français à l’égard des transactions sur le web, les services bancaires en ligne régénèrent la relation bancaire. Les banques ont mis à la disposition de leurs clients de nouveaux moyens de communication qu’ils sont 79 % à utiliser, dont 87 % chez les 25-34 ans. Il s’agit principalement des sites web des banques (72 %), du suivi de compte sur l’espace personnel d’une banque en ligne (62 %) et de l’échange mails avec le conseiller clientèle (36 %). Les applications smartphone (15 % mais 27 % chez les 18-34 ans), et les sms personnalisés (5 % mais déjà 11 % chez les 18-24 ans) voient leur usage se généraliser. Ces nouvelles formes de communication présentent un fort potentiel de rapprochement entre le client et son banquier.

Seules les pages éditées par les banques sur les réseaux sociaux Facebook ou Twitter ne se révèlent pas être un réel atout dans la proximité (d’après 90 % des utilisateurs). Venant compléter l’entretien direct, la relation en ligne présente finalement de nombreux avantages indéniables pour restaurer la proximité et la confiance de la relation client.