BNP Paribas satisfait des résultats de son « Projet Banlieues » s’engage désormais pour 4,5 millions d’euros annuels

Entendant jouer pleinement son rôle de banque responsable, le grand groupe français BNP Paribas est impliqué, depuis de nombreuses années maintenant, dans un certain nombre d’actions visant à favoriser le développement des zones urbaines sensibles. Profitant notamment, depuis plus de 15 ans, de ses besoins en création d’emplois, pour permettre un meilleur développement des banlieues, l’enseigne est ainsi devenue, aujourd’hui, le premier employeur privé de Seine-Saint-Denis et renforce également son engagement dans l’action sociale par la mise en place d’un certain nombre de programmes, tels que le « Projet Banlieues », lancé en 2006, pour trois ans, et dont le succès a conduit l’établissement à renouveler l’expérience en 2009.

Profitant de l’expérience acquise au cours des six années écoulées, le groupe bancaire français a ainsi pu dégager trois grands domaines dans lesquels son action s’avère être particulièrement efficace, permettant, en tout premier lieu, de favoriser la création d’entreprise et l’insertion professionnelle, s’appuyant, pour cela, sur un partenariat avec l’Association pour le Droit à l’Initiative Économique qui a ainsi permis la mise en place de quelques 2 600 micro-entreprises, aboutissant à la création de plus de 3 300 nouveaux emplois, l’accompagnement de 390 jeunes diplômés par 150 collaborateurs de BNP Paribas ayant aussi entraîné l’intégration de  ceux-ci aux effectifs du groupe, tandis que le soutien apporté à la société de capital risque solidaire Financités a impliqué un meilleur développement des zones urbaines sensibles.

Ne limitant pas seulement son action à la création d’entreprises, le grand groupe bancaire français apporte aussi sa contribution au soutien à l’éducation, par l’intermédiaire d’un partenariat avec l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville, qui permet, chaque année, à plus de 2 300 jeunes de 5 à 18 ans de bénéficier d’un accompagnement scolaire de deux heures par semaine, ainsi qu’avec le programme Odyssée Jeunes, qui permet, annuellement, à quelques 17 000 élèves de 123 établissements de partir en voyage scolaire, leur permettant ainsi de découvrir de nouvelles cultures et d’élargir leurs horizons, ces différentes actions venant bien entendu s’ajouter au versement de la taxe d’apprentissage qui s’élève, depuis sa mise en place, à plus de 4,5 millions d’euros.

Laissant une place particulièrement importante à la proximité et à l’ancrage local, les différentes initiatives de BNP Paribas s’appuient ainsi sur l’aide fournie, par plus de 250 acteurs du secteur de l’insertion sociale et de la création d’entreprises, pour la réalisation de divers projets, les résultats obtenus par le « Projet Banlieues » se révélant être extrêmement encourageants, incitant le grand groupe bancaire français à prolonger ses efforts, celui-ci ayant, en effet, décidé de porter son engagement à 4,5 millions d’euros par an, au travers notamment du renforcement de son partenariat avec l’ADIE, confirmant donc, encore un peu plus, son engagement en faveur du développement des zones urbaines sensibles.

Remportant l’adhésion d’une part importante des collaborateurs du groupe, Michel Pébereau, Président de la Fondation BNP Paribas, s’est ainsi félicité du succès rencontré, affirmant que « de nombreuses expériences, tant dans la vie bancaire que dans les actions de responsabilité sociale, ont convaincu le groupe de la nécessité du dialogue et de la solidarité entre tous les acteurs économiques de bonne volonté. La création du Projet Banlieues en 2006, a permis à BNP Paribas de tisser de nombreux liens avec les acteurs locaux de l’économie solidaire dans toutes les grandes agglomérations françaises. Fort de ces 6 années d’expériences, nous sommes convaincus de la nécessité de poursuivre cette action », laissant ainsi entrevoir de bonnes perspectives d’avenir.