LCL lutte en faveur de l’intégration des personnes handicapées au sein de son entreprise

S’engageant toujours dans diverses causes importantes, LCL s’implique notamment en faveur du handicap, parce que, selon elle, « les compétences n’ont pas de handicap ». Joignant ses actions à ses convictions, l’entreprise tente ainsi d’intégrer, de son mieux, en son sein, les personnes qui en sont atteintes.

Pour cela, différentes mesures ont dû être prises, commençant, tout d’abord, par un effort fourni au niveau du recrutement, ainsi qu’à celui de l’amélioration des conditions de travail, pour tout ce qui concerne non seulement l’aménagement, mais aussi les aides techniques et humaines qu’il est possible de mettre en place.

Chaque collaborateur, tout spécialement les managers, doit également prendre part à des campagnes de sensibilisation, tout en développant des relations avec les autres entreprises de ce milieu protégé et en élaborant des projets innovants garantissant de simplifier encore davantage la tâche aux handicapés, l’accès aux technologies de l’information et de la communication s’avérant être ici essentiel.

Un autre élément qui montre toute la volonté du groupe sur ce thème réside dans l’équipe de la DRH du Crédit Agricole, appelée Mission Centrale Intégration des Personnes Handicapées, qui se charge alors de réunir et de soutenir l’ensemble des filiales, dont fait partie LCL, afin de remplir l’objectif fixé consistant dans le recrutement de 115 personnes handicapées d’ici à la fin de l’année 2010.

Formée en 2007, l’association Handiformabanques, dont LCL est même l’un des membres formateurs a, pour sa part, comme but celui de favoriser l’insertion par la formation cette fois-ci, avec l’aide de grandes institutions, telles que le Centre de Formation de la Profession Bancaire et l’Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes.

Plusieurs opérations sont alors organisées, de manière régulière, un peu partout en France, et notamment à Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Montpellier, Bordeaux, Lille, Tours, Nancy, Myriam Lespagnol, chargée du recrutement des personnes handicapées auprès de l’enseigne se félicitant de toutes les démarches entreprises par celle-ci, de la même manière que le soulignent certains témoignages laissés sur la plate-forme.

C’est ainsi le cas de celui d’Ursule Kamaha, déficiente visuelle, devenue conseiller clientèle particuliers qui constate qu’« aujourd’hui, les technologies peuvent compenser bien des déficiences » et qui se rend également compte de l’importance de bénéficier d’un parcours solide et de « ne pas compter sur le statut de travailleur handicapé », ajoutant qu’il ne s’agit pas d’un « passe droit » et qu’ « il faut développer des compétences et des appétences pour un métier », la motivation restant, d’après elle, la clé de tout.

Faisant, à peu de choses près, le même constat, Tojo Rajohnson, qui occupe des responsabilités identiques, apprécie le fait que, grâce aux moyens mis en œuvre, son handicap « n’a jamais été un obstacle, ni auprès de la clientèle, ni avec les collègues de travail », celui-ci disant n’avoir rencontré « aucune difficulté de la phase recrutement jusqu’à l’intégration en agence », tous les installations nécessaires, comme celle d’un bureau accessible à un fauteuil roulant, ou encore d’un monte-personne, ayant été faites pour améliorer les conditions de travail.

Mis à jour le